Cookie Consent byPrivacyPolicies.comURPS CONSIGNES - Eugenol

URPS CONSIGNES

We9fdvoyclr0q3ue7rixrlp6gg3g - Eugenol
vulpi

23/03/2020 à 12h13

PRINCIPES GENERAUX D’ORGANISATION AU 18 MARS 2020
L’objectif de ce document est de présenter synthétiquement l’organisation générale mise en place au niveau de la profession des chirurgiens-dentistes pour assurer la continuité des soins en stade 3 de l’épidémie de COVID-19.

A ce jour, les objectifs pour la profession sont les suivants :

Préserver la santé des patients, notamment ceux à risque de complications graves
Préserver la santé des personnels travaillant dans les cabinets dentaires
Assurer la régulation et la prise en charge des soins d’urgence (pour ne pas emboliser le SAMU – le Centre 15, les cabinets de ville de médecine générale, les services d’urgence)
Limiter la diffusion massive du virus et ainsi éviter une saturation du système hospitalier par dépassement des capacités d’hospitalisation (notamment en service de réanimation)
Actions au niveau du Conseil national de l’ordre
Le Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes (CNOCD) a publié le vendredi 12 mars 2020 un document de référence pour adapter la prise en charge des patients dans le contexte épidémique. Suite à la dégradation de la situation au niveau national et aux mesures sanitaires prises par les autorités, une nouvelle mise à jour va être publiée très prochainement. Y seront notamment détaillés les équipements de protection individuels (EPI) recommandés en fonction des situations. Ce document, élaboré avec les sociétés savantes de référence en risques infectieux et biologiques, donnera le standard de prise en charge des patients afin que les soins soient réalisés avec le maximum de sécurité pour eux et pour le personnel soignant.

Un travail de fond très important et chronophage a été mené auprès des autorités sanitaires, de l’État et des sociétés savantes, afin de faire connaitre et reconnaître le risque biologique inhérent à notre activité et ainsi justifier l’attribution d’EPI adaptés, notamment de masques FFP2. Il est maintenant acquis auprès de nos interlocuteurs que dans ce contexte épidémique nous sommes une profession très exposée et que nous avons besoin de ces EPI.

Au niveau des conseils départementaux de l’ordre
À ce jour, la quantité de masques FFP2 disponible est limitée. C’est pourquoi un système de garde au niveau départemental est en train d’être mis en place afin d’équiper, dans chaque département, plusieurs cabinets avec les EPI nécessaires.

Ces cabinets de garde auront uniquement vocation à réaliser des actes d’urgence indispensables et fortement aérosolisants avec un maximum de sécurité pour les praticiens et leurs équipes. Dès lors que les quantités d’EPI et notamment de masques FFP2 seront suffisantes pour équiper tous les praticiens, chacun pourra assurer les soins d’urgence. Ce système de garde aura alors vocation à être arrêté.

Les conseils départementaux sont en charge d’assurer la récupération et la distribution des EPI (masque FFP2, charlotte, surblouse) aux cabinets de garde. Dans la mesure du possible, il serait souhaitable qu’une régulation départementale des demandes de soins dentaires indispensables et urgents soit mise en place afin de centraliser les demandes émanant des cabinets de ville non-équipés des EPI nécessaires. Un guide d’aide à la régulation des urgences dentaires est en cours d’élaboration par le CNOCD.

Notre URPS a été sollicitée par le CNOCD pour soutenir les conseils départementaux dans l’approvisionnement en EPI du système de garde départemental.

Au niveau des praticiens
Depuis le lundi 16 mars 2020, il est demandé aux praticiens de déprogrammer tous les soins non urgents et de surseoir à la planification de ces soins jusqu’à nouvel ordre.

Il est désormais également demandé à tous les chirurgiens-dentistes d’assurer une astreinte téléphonique ou par courriel pour leurs patients. Cette astreinte si possible quotidienne a pour objectif minimum :

De rassurer et de conseiller les patients
D’assurer une première prise en charge téléphonique des urgences pouvant être gérées par un conseil ou une prescription (envoi par mail de l’ordonnance scannée)
D’identifier les situations d’urgence nécessitant un acte thérapeutique indispensable
Si le cabinet n’est pas en mesure de réaliser ce type de soins en toute sécurité pour les patients ou le personnel soignant (par manque d’EPI) : orienter le patient vers une structure adaptée (par exemple : le système de garde départemental)
En attendant que tous les cabinets soient équipés des EPI nécessaires, il est demandé à toutes les structures déjà équipées de se faire connaître afin de participer au système de garde départemental ou, dans la mesure du possible, d’assurer la prise en charge des urgences des cabinets limitrophes.

Il est demandé aux praticiens dont les cabinets ne disposent pas des EPI nécessaires pour assurer les soins urgents des patients, autant que faire se peut, de se mettre à disposition :

Des structures hospitalières de soins bucco-dentaires (équipés des EPI nécessaires) afin de renforcer la prise en charge des patients dans ces structures
Des structures de soins, notamment hospitalières, proches de leurs cabinets afin de proposer leurs services
La situation évolue de jour en jour rendant l’organisation et la planification des actions complexes. Le dispositif présenté, ci-dessus, est voué à évoluer rapidement notamment, à partir du moment où des masques FFP2 seront disponibles pour l’ensemble de la profession.

Nos derniers articles
#Renforts-Covid : Tous mobilisés pour le système de santé !
PROTOCOLE COVID-19 – CABINET DENTAIRE – STADE 3 DE L’EPIDEMIE
Communiqué de presse de l’ARS sur les masques et la doctrine à appliquer.
Guide jurudique


Utilisateur banni

23/03/2020 à 12h19

Tu pourras leur répondre que nous ne répondrons plus au téléphone et nous n'assurerons plus les gardes, tant que les problèmes de chômage partiel et d'indemnités ne seront pas réglés.


Utilisateur banni

23/03/2020 à 13h03

Et il va sans dire que leurs consignes "de rester chez soi" ne seront plus valables et que nous retravaillerons assez rapidement en nous affranchissant de leurs directives, si nous n'avons pas ce que nous demandons. Ça va 5 minutes de jouer les bons samaritains.


yobi

24/03/2020 à 10h41

poignée de porte écrivait:
----------------
> Et il va sans dire que leurs consignes "de rester chez soi" ne seront plus
> valables et que nous retravaillerons assez rapidement en nous affranchissant de
> leurs directives, si nous n'avons pas ce que nous demandons. Ça va 5 minutes de
> jouer les bons samaritains.

Typique des râleurs d'Eugénol , être capable de faire un chantage ignoble dans de telles circonstances .
Heureusement tu ne représentes qu'une minorité de la profession...
--
YOBI


Troll2 ca7gr3 - Eugenol
Capodastre

24/03/2020 à 11h22

poignée de porte écrivait:
----------------
> Ça va 5 minutes de
> jouer les bons samaritains.

Les bons samaritains ? En restant chez toi et en ne répondant pas aux appels de tes patients ? T'es certain du choix de l'expression ?


Utilisateur banni

24/03/2020 à 11h24

Ça n’est pas du chantage. Qui va payer les assistantes ? Qui va payer les indemnisations ? C’est toi peut-être ?
On nous oblige à rester chez nous pour ne pas transmettre le virus. C’est tout à fait normal. Maintenant quand on voit que nous touchons peanuts et que le chômage partiel n’est pas pris en compte, il y a un gros problème. On se fait baiser en long en large et en travers. Et ça suffit.


Utilisateur banni

24/03/2020 à 11h26

Capodastre écrivait:
----------
> poignée de porte écrivait:
> ----------------
> > Ça va 5 minutes de
> > jouer les bons samaritains.
>
> Les bons samaritains ? En restant chez toi et en ne répondant pas aux appels de
> tes patients ? T'es certain du choix de l'expression ?

Les assistantes vont être payées comment ? Puisque le chômage partiel n’est pas possible...


Troll2 ca7gr3 - Eugenol
Capodastre

24/03/2020 à 11h40

poignée de porte écrivait:
----------------

> Les assistantes vont être payées comment ? Puisque le chômage partiel n’est pas
> possible...


T'es manchot ?


Logo m4n3gc - Eugenol
drmarcus

24/03/2020 à 11h40

Calmez-vous! C'est fait vous allez pouvoir toucher pour vos assistantes.
https://www.lefigaro.fr/social/les-professions-liberales-vont-pouvoir-beneficier-elles-aussi-du-dispositif-de-chomage-partiel-20200323
De plus la demande fonctionne avec une rétro activité de 30 jours. CALME!

--
"La seule chose promise d'avance à l'échec, c'est celle que l'on ne tente pas" Paul Emile VICTOR


Utilisateur banni

24/03/2020 à 11h44

.


Utilisateur banni

24/03/2020 à 11h48

drmarcus écrivait:
--------
> Calmez-vous! C'est fait vous allez pouvoir toucher pour vos assistantes.

Entre nous c’ était le minimum syndical.
Et ça ne paiera jamais la perte colossale d’argent pendant 1 à 2 mois de fermeture.


vintagescope

24/03/2020 à 12h45

Ca marche comment le chômage partiel ?

On fait les chèques aux assistantes et on sera remboursé ?