Cookie Consent byPrivacyPolicies.comA lire avec délectation ! - Eugenol

A lire avec délectation !

Et7jtaj0pdi18gzjlxjiamlx15gs - Eugenol
Prunelles

08/06/2022 à 08h54

https://www.egora.fr/actus-pro/conditions-d-exercice/74392-c-est-la-guerre-face-a-l-ingerence-de-la-mairie-cinq-medecins?nopaging=1


azerty

08/06/2022 à 09h15

j'ai la meme chose dans mon bled...


azerty

08/06/2022 à 09h17

azerty écrivait:
------
> j'ai la meme chose dans mon bled...

peut tu nous mettre l'intégralité due l'article stp?


Et7jtaj0pdi18gzjlxjiamlx15gs - Eugenol
Prunelles

08/06/2022 à 09h26

"C'est la guerre" : face à "l'ingérence" de la mairie, cinq médecins généralistes se rebiffent

C’est une décision qui fait beaucoup de bruit ces derniers jours : la maire d’Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise) a décidé de se séparer volontairement de cinq médecins généralistes. En rompant le contrat de bail des locaux de la maison de santé qu’ils occupent, la municipalité les invite à quitter les lieux, quitte à les remplacer par une cabine de téléconsultation le temps de trouver une nouvelle équipe médicale. Une décision assumée, prise compte tenu des “mécontentements” de la part de certains habitants, se plaignant de ne pas pouvoir prendre rendez-vous facilement. Du côté des médecins, c’est l’incompréhension. Ils dénoncent “l’ingérence des élus” dans leur manière d’exercer et appellent les libéraux à “résister”.

"Soucieux de continuer une médecine qualitative libre (...) nous conseillons aux patients que nous suivons de commencer tranquillement à rechercher un nouveau médecin traitant.” Ce sont quelques mots, affichés sur la porte d’entrée du cabinet des médecins de la MSP du Péan d’Auvers-sur-Oise (Val d’Oise), qui ont mis le feu aux poudres. Ces quatre généralistes, qui se sont installés dans la structure il y a cinq ans, sont en effet en guerre ouverte avec la mairie, qui a pris la décision, le mois dernier, de rompre le contrat de bail qui la liait avec l’équipe médicale. Un choix que la maire, Isabelle Mézières, assume compte tenu de “nombreux mécontentements de la part des patients du territoire qui éprouvent des difficultés à obtenir des rendez-vous ou bien avoir un médecin référent”, a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

“J’espère que vous êtes bien assis. Parce qu’il faut comprendre de quoi tout cela part”, enrage encore un mois après Pascal*, l’un des médecins généralistes de l’équipe. Pour ce faire, il faut remonter le temps jusqu’en 2017. Cette année-là, alors que les problèmes d’accès aux soins sont déjà d’actualité, un médecin urgentiste et généraliste, las d’entendre les habitants se plaindre de la difficulté de trouver un praticien acceptant encore de nouveaux patients, décide de monter une équipe pour créer une offre de soin dans la petite commune de 7.000 habitants, située au nord de Paris. Il trouve quatre confrères, tous urgentistes et généralistes comme lui, et se met en quête d’un local pour exercer. La mairie, bien sûr, “saute sur l’occasion” et crée une maison médicale en y intégrant des infirmières, une sage-femme et une kiné. Elle met à disposition des locaux, qu’il faut réaménager en cabinet. Un contrat est passé sous forme de convention d’occupation, pour cinq ans. L’équipe n’aura qu’à payer les charges. “Contrairement à ce qui circule, nous avons bénéficié de 80% d’investissement régional via un contrat de ruralité. La municipalité a investi 20% des fonds”, précise Pascal.

Tous les médecins cumulent plusieurs exercices en ville et à l’hôpital, et travaillent en parallèle au Samu. “On s’est installés ensemble pour qu’il y ait une continuité de l’offre de soin. Mais nous n’étions pas tous là toute la journée”, précise celui qui a, au total, cinq activités différentes, y compris chez les pompiers.

L’Ile-de-France, premier désert médical du pays : les libéraux tirent la sonnette d’alarme

“Vous allez vite comprendre pourquoi…”

Pendant deux ans et demi, tout se passe bien. L’équipe parvient même à recruter deux généralistes supplémentaires. Avec la flambée des cas de Covid en France, la maison de santé se transforme en centre Covid, “le premier du département”. En 2020, le centre Covid devient centre de vaccination. Particulièrement investis, les praticiens font également une demande dérogatoire auprès de l’ARS pour pouvoir faire des gardes le soir, en plus de celles qu'ils avaient déjà mises en place le week-end et les jours fériés. “On a augmenté notre temps de présence de 70%”, estime le généraliste.

Fin 2021, l’activité “classique” des cabinets reprend. L’équipe doit néanmoins faire face coup sur coup à deux départs. L’une des généralistes de l’équipe décide d’abord de prendre sa retraite, “en disant à tous ses patients qu’on allait les reprendre dans notre patientèle. Sauf qu’elle a oublié de nous tenir au courant. On s’est retrouvés avec des gens parfois âgés qui se pointaient avec leur dossier sous le bras, qui avaient connu la même médecin traitant depuis 30 ans et quand on leur disait qu’on ne pouvait pas les prendre, ça se passait mal”, raconte Pascal. “C’est important de le préciser, vous allez vite comprendre pourquoi…”, ajoute-t-il, mystérieux. Une seconde fait le choix de quitter la région parisienne. Enfin, une troisième part, peu de temps après, en congé maternité pour une longue durée. “Et nous, on a gardé à cinq la même patientèle totale, même celle de notre consœur retraitée !”

“C’est là que les problèmes ont commencé”

Débordée, l’équipe médicale a conscience de ne pas pouvoir prendre tous ceux qui le souhaitent en rendez-vous. Pour tenter de faire face à la demande, ils investissent dans un logiciel qui les aide à prioriser les demandes. “Et je crois que c’est là que les problèmes ont commencé…”, lâche Pascal...

Courant avril, le responsable de la structure reçoit un mail de la mairie l’informant qu’elle organisait une réunion la semaine suivante pour “évoquer les problématiques de la maison médicale". “Il n’y avait pas plus de détail. On le sentait mal car pour nous, il ne s’agissait pas d’une réunion mais d’une convocation car on ne nous a pas laissé de choix de créneaux.” Une partie du conseil municipal est également présente, “pas l’opposition, je vous rassure,” raille Pascal.

“A cette réunion, le gérant s’en est pris plein la tête, y’a pas d’autres mots”, raconte le médecin. Selon lui, c’est un groupe actif de seniors de la commune, proche de la maire actuelle, qui serait à l’origine de plaintes ayant conduit à la réunion. “Visiblement, ils ont expliqué à la maire qu’ils n’arrivaient pas à prendre rendez-vous avec nous. Ils se sont plaints de la prise de rendez-vous en ligne qui n’est pas pratique pour eux et veulent pouvoir prendre rendez-vous par téléphone. Ils veulent aussi pouvoir venir sans rendez-vous, car c’est ‘comme ça qu’ils faisaient avant’”, cite encore Pascal. “Il y en a même un qui est venu une fois nous voir et à qui on a dû expliquer que plus de trois motifs par consultation, ce n’est pas possible. Eh bien lui a estimé qu’il n’avait pas que ça à faire de venir à coup de deux motifs et veut pouvoir en donner six si ça lui chante”, continue-t-il, hésitant même à en rire. “Sauf que ça ne s’est pas arrêté là…”.

Crise des urgences : "Nous, médecins libéraux, résistons mieux pour l’instant mais à quel prix ?

Des conseillers municipaux… conseillers médicaux

Sans ménager son suspens, le médecin explique que les conseillers municipaux sont alors allés de leurs conseils pour "accélérer" certaines consultations. “Vous n’êtes pas prêts ! Pour eux, les certificats de sport, on n’a pas besoin de voir les patients donc on peut les faire ‘comme ça’. Ils ont aussi dit que les enfants ne sont jamais trop malades et n’ont jamais de trucs très graves. Donc on pourrait aller plus vite avec eux et comme ça on aurait plus de temps avec les seniors. Non mais vous imaginez !”, s’exclame Pascal, ulcéré.

A la fin de la réunion, la maire a annoncé au représentant de la maison médicale qu’elle avait l’intention de dénoncer la convention d’occupation qui la liait à la maison de santé. Les médecins seront donc à la porte le 4 septembre 2023. “Enfin, dénoncer c’est un bien grand mot. Notre bail court jusqu’à cette date et donc elle ne le renouvelle simplement pas.”

Le généraliste regrette que la mairie n’ait pas cherché à savoir s’ils avaient des difficultés ou des besoins, au lieu de les mettre à la porte. Sa colère est d’autant plus grande qu’il dénonce un “procès” fait à toute l’équipe. “Elle nous a sorti le projet de santé qu’on avait présenté à l’ARS lors de la création de la maison de santé. Elle nous a dit qu’on avait promis de faire des visites à domicile et que ce n’était pas le cas, qu’on s’était engagés à faire de la prévention en gynécologie et qu’on ne l’a pas fait, par exemple. Mais c’est un projet avec l’ARS, pas la mairie !”, grince-t-il. Dans un second communiqué, la mairie a, elle, expliqué qu’elle avait décidé de loger gratuitement les soignants “avec une attention particulière au bon déroulé du projet de santé”, rappelant que la prévention et la prise en charge des personnes âgées étaient des missions qui lui “tenaient particulièrement à cœur”. “Les élus ont rappelé au médecin qu’en 2017, si la municipalité a voulu mettre gratuitement à disposition un bâtiment public au profit des médecins qui y exercent actuellement, c’était en contrepartie d’un projet comprenant un volet social important”, se défend-elle.

Des propos mal pris par l’équipe, qui s’est “donnée à fond”, malgré la crise Covid qui a chamboulé tous leurs projets. En 2021, 18.400 consultations ont été assurées par les sept médecins. “Si on compare les mois de mars/avril/mai 2021 où on était 7 et cette année où on est 5, on a augmenté notre activité de 190% en moyenne… Et on en est à 1.000 jours consécutifs d’ouverture. Quand on dit qu’on ne fait pas le job… On ferait mieux de regarder ce qu’on fait, plutôt”, martèle-t-il.

Les gardes font également l’objet de vives tensions. “On nous fait comprendre qu’on veut travailler pour l’argent, car on est plus rémunérés pendant les gardes. Ce serait une sorte de machine à cash”, explique le médecin. “Pourtant la réalité est toute autre : on fait des gardes parce qu’on a un contrat avec le Samu et l’ARS, contractuellement nous sommes obligés de les faire !”. Mais la mairie, elle, contre-attaque dans un communiqué laissé à l’attention des habitants d’Auvers-sur-Oise : “Le médecin (...) a expliqué aux élus qu’il était plus intéressant pour les médecins de travailler le soir et week-end dans le cadre “d’urgence” afin d’avoir une rémunération plus intéressante que celle pour la prise en charge d’un patient en journée”, dénonce Isabelle Mézières.

S’installer dans un désert médical : un devoir éthique ?

“C’est intéressant de voir l’ingérence des mairies”

Pour le médecin, la mairie a outrepassé ses droits… et se permet de le faire car elle a investi de l’argent pour la maison médicale. “C’est intéressant de voir l’ingérence des mairies à partir du moment où ils participent de près ou de loin à un projet”, détaille Pascal pour qui cette décision est “incompréhensible”. “Elle n’a pas eu besoin de chercher des médecins, on lui a servi le projet sur un plateau, elle ne se rend peut-être pas compte que c’est recherché des médecins en ce moment”, ironise-t-il.

En réaction, tous ont décidé de...

quitter le cabinet, sans préciser quand. “Leur attitude est un mépris pour les généralistes installés, c’est un mépris de notre fonction de médecin. Un mec qui n'a pas fait médecine n'est pas là pour nous conseiller sur ce qu’on doit faire ou pas avec nos patients, sur combien de motifs on doit prendre. Donc on s’en va.” C’est pour cette raison que l’équipe a unanimement décidé d’afficher un courrier dans le cabinet pour prévenir les patients de commencer à chercher un nouveau médecin. “Sauf que la maire n’a pas apprécié. Elle nous a renvoyé un courrier où elle insinuait qu’on se fichait de notre serment d’Hippocrate et elle transformait notre intention de partir ‘dès que possible’ en ‘immédiatement’. C’est la guerre”, soupire Pascal.

Sans se démonter, Isabelle Mézières a publié une lettre dans laquelle elle dit regretter de ne pas avoir pu rencontrer tous les médecins lors de la réunion du mois d’avril. “Nous sommes surpris et peinés d’apprendre sur les réseaux sociaux (...) que les médecins souhaitent quitter la ville dès maintenant et ne veulent plus poursuivre les soins alors que la convention les engage jusqu’en septembre 2023”, fait-elle savoir. “Après avoir pris conseil auprès des autorités sanitaires de tutelle afin de maintenir l’offre de soins sur notre ville, la municipalité a décidé de rechercher en urgence des médecins généralistes en statut salarié ou libéral”, indique-t-elle encore. Par ailleurs, la ville a décidé d’investir dans une cabine de téléconsultation. “Je ne sais pas comment elle peut se séparer de six médecins et dire à ses administrés qu’ils n’auront pas de soucis de médecin traitant. Surtout en nous remplaçant par une cabine !”, réagit le médecin, désabusé.

Faut-il craindre la privatisation de l’offre de soins ?

“On est le petit village gaulois qui résiste”

“Elle dit qu’elle veut salarier des médecins. Mais, quatre personnes salariées à temps plein dans des locaux dont la ville paiera les charges, avec un secrétariat, ça va être un coût pour les habitants de 500.000 à 700.000 euros par an !”, calcule encore Pascal.

Quoiqu’il en soit, c’est la goutte de trop pour les médecins, à qui “une dizaine de projets” ont déjà été proposés. “Il faut résister et ne pas se laisser faire face à l’ingérence que nous subissons. Je sais que c’est difficile, surtout quand on exerce à temps plein et qu’on a la tête sous l’eau. Mais nous, on a décidé d'être le petit village gaulois qui résiste”, affirme-t-il fièrement. “On bénéficie de l’époque actuelle qui a cassé le médecin de famille pour en faire des médecins référents qui doivent rendre des comptes à la Sécu et qu’on peut changer comme ça. Donc on a aucun scrupule à partir”, conclut le généraliste.

Contactée à plusieurs reprises, la mairie n’a pas répondu à notre sollicitation.


69 xtb5lc - Eugenol
barbabapat

08/06/2022 à 09h31

La partie la plus intéressante, c'est que pour une partie des médecins, c'était un mi temps.

"..................

“J’espère que vous êtes bien assis. Parce qu’il faut comprendre de quoi tout cela part”, enrage encore un mois après Pascal*, l’un des médecins généralistes de l’équipe. Pour ce faire, il faut remonter le temps jusqu’en 2017. Cette année-là, alors que les problèmes d’accès aux soins sont déjà d’actualité, un médecin urgentiste et généraliste, las d’entendre les habitants se plaindre de la difficulté de trouver un praticien acceptant encore de nouveaux patients, décide de monter une équipe pour créer une offre de soin dans la petite commune de 7.000 habitants, située au nord de Paris. Il trouve quatre confrères, tous urgentistes et généralistes comme lui, et se met en quête d’un local pour exercer. La mairie, bien sûr, “saute sur l’occasion” et crée une maison médicale en y intégrant des infirmières, une sage-femme et une kiné. Elle met à disposition des locaux, qu’il faut réaménager en cabinet. Un contrat est passé sous forme de convention d’occupation, pour cinq ans. L’équipe n’aura qu’à payer les charges. “Contrairement à ce qui circule, nous avons bénéficié de 80% d’investissement régional via un contrat de ruralité. La municipalité a investi 20% des fonds”, précise Pascal.

Tous les médecins cumulent plusieurs exercices en ville et à l’hôpital, et travaillent en parallèle au Samu. “On s’est installés ensemble pour qu’il y ait une continuité de l’offre de soin. Mais nous n’étions pas tous là toute la journée”, précise celui qui a, au total, cinq activités différentes, y compris chez les pompiers.

...............

Fin 2021, l’activité “classique” des cabinets reprend. L’équipe doit néanmoins faire face coup sur coup à deux départs. L’une des généralistes de l’équipe décide d’abord de prendre sa retraite, “en disant à tous ses patients qu’on allait les reprendre dans notre patientèle. Sauf qu’elle a oublié de nous tenir au courant. On s’est retrouvés avec des gens parfois âgés qui se pointaient avec leur dossier sous le bras, qui avaient connu la même médecin traitant depuis 30 ans et quand on leur disait qu’on ne pouvait pas les prendre, ça se passait mal”, raconte Pascal. “C’est important de le préciser, vous allez vite comprendre pourquoi…”, ajoute-t-il, mystérieux. Une seconde fait le choix de quitter la région parisienne. Enfin, une troisième part, peu de temps après, en congé maternité pour une longue durée. “Et nous, on a gardé à cinq la même patientèle totale, même celle de notre consœur retraitée !”

.............."

Donc tu as 5 mi-temps et 3 autres consœurs dans la structure qui partent quasiment en même temps.


Morgan ztbb1b - Eugenol
BONNET jc

08/06/2022 à 10h06

C'est un peu difficile de se faire un avis. Ces médecins ne payaient que les charges. A 5 le cabinet n'était pas ouvert toute la journée. Je suis seul et je fais 8h 12h et 14h 20h. Ils peuvent trouver un local et s'installer à leur compte. Ils n'auront de compte à rendre qu'à leurs patients.


Et7jtaj0pdi18gzjlxjiamlx15gs - Eugenol
Prunelles

08/06/2022 à 10h08

Quand on lit ca, je me demande encore comment on peut dire que le libéral est mort.
Y'a un manque de soignants et on veut salarier les quelques restant sous prétexte qu'ils seront ainsi plus disponibles...
Ca montre quand même une méconnaissance de nos activités et surtout du code du travail.
Pour remplacer 1 libéral, faut au moins 1.5 salarié, si c'est pas 2.


Et7jtaj0pdi18gzjlxjiamlx15gs - Eugenol
Prunelles

08/06/2022 à 11h05

Le point de vue de la Mairie

65d0s6ilpswmnjavx8x5p0fvdfhb - Eugenol
Pa994sk7f1yukv3w6df2gbe2bteh - Eugenol

Doagui

08/06/2022 à 11h20

Personnellement, j'aurais tendance à clairement prendre le parti des médecins. Des maires qui promettent monts et merveilles sans réfléchir pour se faire élire et qui ensuite pleurnichent puis montrent les crocs quand la réalité les rattrapent, ça s'est déjà vu et ça se verra encore demain.

Il y avait eu récemment une autre histoire aussi saugrenue, avec un maire qui refusait le déménagement d'un gros cabinet médical. L'équipe était installée en centre ville, dans un local pas aux normes, et voulait déménager au bord du village dans un local neuf, aux normes PMR et plus grand. La mairie refusait car elle préférait garder la vie en centre ville, quitte à obliger les médecins à bosser dans un local biscornu, sombre et inaccessibles aux handicapés ! Du coup, les médecins se sont barrés dans le bled voisin qui les a accueilli à bras ouverts.

De mon côté j'ai eu une expérience similaire : je veux déménager mon cab dans un très joli village voisin de ma ville actuelle. J'ai trouvé plusieurs locaux qui conviennent, mais le maire me refuse les autorisations nécessaires (permis, changement de destination), en dépit du PLU qui pourtant permet mon projet, car il a décrété qu'il préférait favoriser une maison médicale en cours de construction. C'est un local inadapté à mon activité, qui coûte un fric fou à la municipalité et qui sera donc à louer à des tarifs extravagants, qui ne trouve aucun dentiste volontaire pour le moment (et pour cause)... autant dire que ça ne m'intéresse pas, mais le maire me dit que ce sera ça ou rien. Bah du coup ça sera rien, et dès que mon projet sera définitivement bouclé dans une autre commune, je ferai en sorte que ses administrés sachent que s'ils ont du mal à trouver des soignants c'est "grâce" à leur maire.


bouboule

08/06/2022 à 11h43

Ben ça y est on arrive au bout de la blague… on ne peut pas forcer un humain à faire ce qu’il ne veut pas faire . C’est aussi simple que ça. Imaginer qu’un toubib s’installe dans une zone sous doté, accepte de prendre tout le monde, sans rendez vous qui plus est, avec des horaires décidés à l’avance par d’autres, le tout pour une rémunération qu’il trouve insuffisante c’est du pur fantasme.
Même raisonnement pour les profs de maths qu’on n’arrive plus à recruter, idem pour les infirmières etc etc. Ça a tenu miraculeusement pendant longtemps… la fête semble terminée.
Et je rejoins doagui, pour les avoir pratiqué dans une situation assez similaire à la tienne, les politiques s’imaginent tout puissant et détenteurs de la vérité absolue. Et puis quand on leur dit non, ils tombent de leur chaise en criant au scandale. Ces gens se transforment parfois en nuisibles pour leurs administrés


Et7jtaj0pdi18gzjlxjiamlx15gs - Eugenol
Prunelles

08/06/2022 à 14h06

J'ai quand même l'impression que les MSP sont de futurs scandales. J'en connais 2 ou 3 qui battent méchamment de l'aile, dont une qui a fermée pour renaitre timidement avec quasi uniquement des paramédicaux.

https://www.contrepoints.org/2018/04/23/314629-maisons-medicales-gaspillage-a-gogo


Rape p0as4f - Eugenol
rapelapente

08/06/2022 à 14h44

L’Ile-de-France, premier désert médical du pays ...

MOUAHAHAHAHAHA !!!!


--
Schooner For Ever


Rape p0as4f - Eugenol
rapelapente

08/06/2022 à 14h46

En tous cas quand la mairie a commencé à leur expliquer comment accueillir les patients ils auraient du quitter immédiatement les lieux.
Ils ont bien raison de se barrer de là.


--
Schooner For Ever


azerty

08/06/2022 à 15h31

une mairie n'y connais rien. sinon ca se saurait...


Hok 1b hgd3rj - Eugenol
Hokusai

08/06/2022 à 17h07

Prunelles écrivait:
---------
> J'ai quand même l'impression que les MSP sont de futurs scandales. J'en connais
> 2 ou 3 qui battent méchamment de l'aile, dont une qui a fermée pour renaitre
> timidement avec quasi uniquement des paramédicaux.
>
> https://www.contrepoints.org/2018/04/23/314629-maisons-medicales-gaspillage-a-gogo

je suis assez d'accord avec cet article.
Par chez moi les maisons de "santé" accueillent des sophrologues, des ostéopathes... pour eux c'est full bénef et c'est le contribuable qui paie. Sinon, c'est vide.

l'extrait la, c'est vraiment ce qui se passe chez moi:

Une naturopathe s’est installée à la maison médicale à Feuquière-en-Vimieu… À Cressensac dans le Lot, la maison de santé compte : un hypnothérapeute, une énergéticienne-acupressure (faut-il dire acupresseuse ?), une ostéopathe, un podologue, une orthoptiste. Et ah, oui, trois infirmières. Les professions sus-mentionnées disent travailler « en complémentarité avec les médecins ». Quelle chance.

Comme le raconte un médecin généraliste, cohabitant avec une de ces professions ni médicales ni paramédicales :

Dans mon expérience, quand un naturopathe nous adresse un patient, c’est surtout pour qu’on fasse l’ordonnance pour qu’il soit remboursé des examens biologiques demandés par le naturopathe ! Examens que le patient ne nous présente même pas dans la mesure où le naturopathe les a déjà interprétés ! Ou pire, il nous demande de les commenter parce que « chez vous docteur, c’est quand même moins cher ! ». Encore une louche, ou une petite cuillère, et je dévisse ma plaque après 25 ans de bons et loyaux services en secteur 1 ! (témoignage recueilli par l’UFML).

Et on a osé nous expliquer que c'est un système que le monde entier nous envie...


bouboule

08/06/2022 à 18h34

rapelapente écrivait:
-----------
> En tous cas quand la mairie a commencé à leur expliquer comment accueillir les
> patients ils auraient du quitter immédiatement les lieux.
> Ils ont bien raison de se barrer de là.
>
>
> --
> Schooner For Ever
Mais carrément! Avec une petite affiche : pour tous problèmes de santé, merci de consulter votre maire ou un de ses adjoints